Accueil | Actualites | Réunion institutionnelle pour la SAFF

Réunion institutionnelle pour la SAFF

Version imprimablePDF version
09/10/2017
Comme chaque année, les différentes institutions de Nouvelle-Calédonie étaient réunies à l'invitation du président du gouvernement pour la présentation du dispositif 2017 de la saison administrative des feux de forêt. L'occasion pour la DSCGR de présenter les outils et les procédures de travail qui ont peu évolué depuis la précédente saison.

Après le traditionnel rappel réglementaire, les services de l’ŒIL (observatoire de l'environnement) et de la météo ont présenté le contexte climatique qui fait état d'une période de sécheresse intense depuis déjà plusieurs mois. Les élus ou représentants locaux ont confirmé ces tendances par leurs témoignages de  terrains.  A la demande de la DSCGR, l’ŒIL a également engagé un travail de recensement des départs de feux depuis 2010 via des observations satellites. Il ressort de cette analyse que la concentration des départs de feux entre les mois de septembre et de décembre est clairement marquée, ce qui semble légitimer la période administrative dont les dates sont parfois critiquées.

Faisant suite à la présentation des auxiliaires de sécurité civile qui verra encore cette année 71 jeunes mobilisés dans les communes, le capitaine Baumann a évoqué la situation des moyens opérationnels en insistant sur le positionnement pendant la saison d'une unité d'intervention feux de forêt de la sécurité civile à Koné, susceptible d'intervenir plus rapidement en province Nord.

Enfin l'échange entre les institutions a permis d'aborder la question de la répression des incendiaires. Sur ce sujet, la commune de Dumbéa a indiqué faire désormais payer aux contrevenants la mobilisation de ses services d'incendie et de secours. Une facture qui peut rapidement s'élever à plus d'un million de francs CFP en fonction de la durée de l'intervention et des moyens mobilisés. L'exemple de Dumbéa a rapidement été suivi par la commune du Mont-Dore qui a enjoint l'administré qui a allumé le récent feu de La Coulée, à régler les frais d'extinction engagée par la commune. Une manière efficace et rapide de sanctionner les incendiaires mais qui, par ailleurs, ne les affranchit pas des réparations civiles et des poursuites pénales.