Accueil | Actualites | Rencontres de la sécurité : les jeunes Calédoniens au rendez-vous.

Rencontres de la sécurité : les jeunes Calédoniens au rendez-vous.

Version imprimablePDF version
16/05/2018
Organisées sous l’égide du haut-commissariat, les Rencontres de la sécurité se sont déroulées le vendredi 20 avril dernier à la gare maritime de Nouméa. Le gouvernement était représenté par deux de ses directions – DITTT et DSCGR – et par deux de ses membres : Cynthia Ligeard, en charge de la sécurité routière et Hélène Iékawé, en charge de l’enseignement.

En partenariat avec le vice-rectorat et la section professionnelle des métiers de la sécurité du lycée professionnel Petro-Attiti, le haut-commissariat a invité de nombreux collégiens et lycéens à venir mesurer le savoir-faire des acteurs de la sécurité intérieure.

Pour le compte du gouvernement, la DITTT présentait son simulateur d’accident frontal (autochoc), afin de sensibiliser les jeunes à la nécessité de boucler sa ceinture de sécurité en toutes circonstances ! La DSCGR proposait la visite de quatre véhicules de sa flotte : un CCFM (camion-citerne feux moyens) de 3 000 litres, un CCGC (grande capacité) de 11 000 litres, et deux engins légers. Et son hélicoptère a effectué plusieurs passages au-dessus de la petite rade en vue d’une démonstration  d’hélitreuillage, en collaboration avec la vedette Croix du Sud de la SNSM.

Interpellation par la gendarmerie, immobilisation par les policiers nationaux, contrôle des bagages par l’équipe cynophile de la douane, exercices coordonnés GIGN-GIPN… Autant de présentations qui auront permis de valoriser l’expertise et la modernité des services présents à la gare maritime, de mettre l’accent sur leur complémentarité, d'illustrer les partenariats qui rendent leur action plus efficace, et de renforcer le dialogue, en particulier avec la jeunesse.

De quoi susciter des vocations pour de jeunes gens souvent attirés par ces beaux métiers. Le port de l’uniforme peut réveiller, chez les jeunes parfois en manque de repères, le désir d’être reconnus à travers l’appartenance à un groupe.